Ahem…. sortie de janvier

..oui… .. je suis inactif – juste envie d’être bien au chaud dans la maison/grange/machin. J’ai le désir de peindre – mais aucun image me vient – et je veux absolument ne faire que ce qui me tient à cœur… ..c’est plaisant, dans un sens, se recroqueviller pour passer l’hiver… …je passe regarder vos blogs…

Les monuments aux morts

L’humanité me semble être comme une vaste vague longue, dont les vivants sont l’écume…

022_redimensionner 023_redimensionner  029_redimensionner 032_redimensionner 033_redimensionner 042b_redimensionner 037_redimensionner

J’aime regarder, contempler, être dans les paysages

Il y a certaines maisons/fermes qui attirent mon attention,

Pourquoi?

Symboles d’un foyer?

Une famille aimante est sûrement une grand bonheur

..avoir un enfant… …avoir des parents qui t’aiment…

Puis, il y a les hameaux et les villages

Chacun, même petit, a son monument aux morts.

monuments

Seysses-Savès – que quelques maisons – une dizaine de noms sur le monument aux morts,

Comme c’est souvent le cas, un nom est répété – plusieurs dans la même famille

On vient d’obtenir une copie des 3 lettres (de l’aumônier, du colonel, de lui-même) du grande père maternelle tombé près de Compiègne en 1918 – mais ce n’est pas ça qui me fait écrire ceci).

Depuis que je suis descendu dans le sud, je regarde attentivement ces signes de mémoire (avant je ne le faisait pas tellement)…

Les réflexions peuvent vite partir dans les guerres, le combat, la politique, l’histoire etc., mais je pense de plus en plus aux mères et pères, femmes, enfants…

« Chérie, j’ai rangé le jardin, ça devrait tenir un moment – s’il faut faucher l’herbe, tu demandes à Zam » – la dernière action des milliers d’actions qui montraient son amour…

C’est la perte qui ont subie ces mères et femmes et enfants qui je considère, ces futurs, ces possibilités anéantis…

Soleil d’hiver

On fait des promenades. Le soleil d’hiver chasse les brumes petit à petit – des trous apparaissent – les crêtes de vallons d’ici, des bosquets, un toit – puis disparaissent. Le givre étincelle. J’ai fait l’effort de sortir, de marcher – mais pas de prendre les merveilleuses photos que j’aurais dû. La ferme au bord du coteau sur le vide à contre-jour, les bois oranges et marrons au couchant avec la lune qui se lève…

J’aurais dû/pu prendre une vingtaine de superbes photos qui auraient bien capturées le paysage difficilement saisissable d’ici. C’est le désir de partage – pourquoi partager?!? je ne sais pas – mais ça augmente le plaisir :), autre constat – je ferais des tableaux de ça, ça n’ajouterait pas grande chose aux images… On dit que c’est le ‘traitement’ (esprit de l’artiste) qui compte, pas le sujet… ..hmmm.. je me demande, vraiment je me demande..

Pourquoi partager?

Est-ce que la photo a rendue le figuratif caduque après tout?!?

Les propos de Dominique sur le présent/passé souvenir m’interpelle aussi…

The Road To Tarascon

Ma fille vit à Hong Kong – et visite souvent la Chine. Mon blog sur Gogol a été supprimé (Gogol n’étant pas trop apprécié là-bas?) – et pas moyen de le récupérer (Gogol étant aussi nul que d’hab) ni de signaler que je vais tenter de continuer ici (je pense/espère?). Rageant?! – énervant que 4 ans de ‘journal’ peuvent être ‘arrachés’ et perdus (images, comms et tout!!!) en tout cas… ..et surtout aucun moyen de le signaler à mes lecteurs!!!!! J’ai un sentiment de fatigue et impuissance – on m’a coupé la capacité ce communiquer. Surtout désolé, donc, tellement désolé….

The Road From Tarascon Lives

One-man (Xmas) show!

 year

Ca c’est 2014…           …c’était 😉           (clin d’œil a David Hockney)La plupart des tableaux/mes images  (j’ai enlevé, mettons, les 10 les plus catastrophiques ;(    ) :

best

Dernier tour de piste (ouf! vous dîtes 😉 )- les tableaux que je préfère:

Quelques uns des mes ‘événements’ 😉 :

Qu’est ce qu’on va faire maintenant? (2015 – ‘On the road again’?) … ? …. Moi, je vais en Angleterre et à Hong Kong – en tout cas, merci à toutes/tous d’être passés voir mes dernières umm, bêtises…    …et…

….Merry Xmas!

12/14/14

Méthaphores

J’ai fait ces 3-ci avant de lâcher les pinceaux pour aller festoyer (salut Jean Reno!) – pour un instant je pensais tenir quelque chose – je les ai faits sous une lumière artificielle = plus contrasté et sombre – le coup de pinceau est assez lâche/libre – mais vu qu’ils sont grands, l’effet de ça se perd, m’enfin… 😉

Métaphore 1, 60 x 80 huile sur panneau (‘référence’ de ‘Paint My Photo)

Métaphore II, 60 x 80 huile sur panneau (‘référence’ de ‘Paint My Photo)

Garder le cap, huile sur panneau, mettons 25 x 30

Oui, le bateau/mer pour ‘partir’/’s’échapper’, –  les petits vieux en Angleterre en voiture ‘face à la mer’… …peut être ce sont des cercueils??!? (oui, bonnes fêtes a vous aussi ;D !)

N »empêche (un peu de philosophie à deux balles pour vous agrémenter encore plus), plus je lis le journal/regarde la télé », plus je pense que être riche/célèbre/puisant est une malédiction (facile à pontifier sur des problèmes qu’on va pas avoir à traiter!!!), et oui, pendant que je suis en train de me prendre pour Confucius, je dirai que, justement, le problème de l’humain (rien que ça aujourd’hui sur mon blog!!!), c’est qu’on ne se rende pas compte comment la vie est courte. Oui, la joie ici – comme je disais – bonnes fêtes! ;D  ;D  ;D

Why Paint?

I met Van Gogh on the road to Tarascon, and seized him by the arm, « Vincent », I’ve come back from the future – they’ve made you big – one of the greatest artists who ever lived !
He was concentrated, on his idea for a canvas, « The painter on the road to Tarascon”.
“I’ve had the breaks I need – met some impressionists and some other great painters in Paris, came to the South and got the dazzling colour idea, even the failed « Yellow house » community with my friend Gauguin – all served, don’t feel sorry for me –  I don’t even care about all that – I just want – I’ve just got to paint. »
When we were small – primary school – and loved drawing/art, as most kids do, we drew mainly war scenes – for us a great artist would be someone who could draw a perfect e.g. horse from memory – the idea of drawing from life was unknown to us – I guess renaissance painters and the “pompiers” impressed us most.
My grandchildren paint war scenes – tanks aircraft – and machines – too (boys) or princesses and horses (girls). Hmm, that’s interesting – a gender difference in selection of subject matter (don’t think there is one in technique?) – probably disappears after adolescence, I think. What did kids draw in previous eras? Do any childhood drawings of famous artists remain? Surely. This mindset seems to continue to adolescence (graphic representation of reality– so mastered it can be done from memory) – and adolesence is when a lot of people stop drawing (percentage of students enrolled in art studies + hobbyists = ?%)
View from a tower block, acrylic on panel 80 x 120     1992 – a lifetime ago!
When Rich’s big brother’s friend – who (wow!) was studying at art collge (we were about 11) unrolled the oft-used huge piece of heavy paper and showed us a charcoal drawing of a steam train – more realistic and with darker darks and shading we hadn’t even dreamed of with our little HB pencils (and we thought we were so good!) – it blew us away. First in a long line to do so. It’s people like that who have affected me more than the « greats » I gradually discovered.When I went to university (to study science), I felt I wanted to draw and could maybe do some nice stuff in pencil or black wax crayon (!) – I did draw on and off and kept visiting the galleries, etc.

This is also when I bought those Michel de Gallard posters that had such an impact on me (Waterhouse’s « Lady of Shallot » and other Pre-Raphaelite paintings were big at the time too (must say in pasing that this present revival à l’ARC of 19th century art – Bougereau and the pompiers – is deserved from a technical point of view – but the content can easily be maudlin – Zorn, Sorolla, Sargant are a beeter bet – I do like Bastien Lepage a lot).

The other thing was during a period at around age 21 when I was unemployed – the beautiful green of the moss/lichen on a beech tree trunk – I wanted to paint it and so I started painting again – hey, even did evening classes at the art college (they were soooo useless back then – do your own thing, folks!).

Why paint, then? 1) for pleasure – it is such a pleasure! 2) to discover what’s « in me » – I just don’t know what I’m going to come up with – in fact, when things get good, it seems to come from outside/beyond…

Archives/récup

Henri Martin 1 – Henri Martin live (toujours vivant en tout cas!) au Capitole

Henri Martin (peintre)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri Martin et Martin.

Henri Martin

Description de l'image  Martin, Henri-Guillaume, peintre, BNF Gallica.jpg.

Données clés

Nom de naissance Henri Jean Guillaume Martin
Naissance 1860
Toulouse
Décès 1943
Labastide-du-Vert
Nationalité  France
Activités Peintre
Formation École supérieure des beaux-arts de Toulouse
Maîtres Jean-Paul Laurens
Élèves Henri Doucet
Mouvement artistique Symbolisme, Pointillisme
Récompenses Commandeur de la Légion d’honneur

modifier Consultez la documentation du modèle

Henri Jean Guillaume Martin1, dit Henri Martin, né à Toulouse le 5 août 1860 et mort à Labastide-du-Vert le 12 novembre 1943, est un peintre français de compositions à personnages et de paysages animés. Postimpressionniste, il est qualifié de peintre languedocien2.

Biographie

Henri Jean Guillaume Martin est le 5 août 1860 à 9 heures du matin, 127 Grande-Rue Saint-Michel3 de Auguste Jean François Martin, ébéniste, et de Marie Victoire Massé, ménagère4.
Martin effectue son apprentissage à l’École des beaux-arts de sa ville natale de 1877 à 1879, dans l’atelier de Jules Garipuy. Muni d’une bourse municipale, il part pour Paris où il devient l’élève de Jean-Paul Laurens. Il aura lui-même comme élève et comme collaborateur le peintre Henri Doucet. En 1885, il parcourt l’Italie et y étudie les primitifs en compagnie d’Edmond Aman-Jean et d’Ernest Laurent.
Ce voyage marque un tournant dans son art et oriente l’artiste vers une inspiration poétique. Sa technique s’éloigne des modèles académiques, au profit d’un divisionnisme original qui révèle l’influence des néo-impressionnistes mais d’une manière plus spontanée que théorisée : des touches courtes, séparées et parallèles y construisent les formes et la lumière, dans un chromatisme idéalisé et propice au rêve…..

pr suite – voir Wikipedia

Pas tous les images ci-dessous sont de lui !

4 comments:

C’est super que tu aies pris des gens en photo cela donne une bonne idée du format géant des tableaux. Impressionnant !

Reply

Magnifique …je ne connaissais pas cet artiste : merci pour le partage 🙂
Je suis déjà allée à Toulouse (une ville que j’aime beaucoup) mais je n’ai pas eu le temps de visiter le Musée des Augustins –>et là ça me donne très envie d’y retourner;)

Reply

…au fait, là c’est au Capitole que tu as fait tes photos (pas visité non plus!) trop de monde ce jour là 😦
Faut vraiment que je me programme ce voyage 😀

Reply

Val – oui – et les touches de pinceaux sont lâches. Je dirai qu’il a fait dans son atelier et puis ils ont collés les toiles sur le mur??

Rejane – oui – le Capitole. Augustins demain peut être? Dis moi quand tu passes!